English Français

  • AOY

  • “Fantôme, du grec φ α ́ ν τ α σ μ α, phantasma, apparition, vision; image offerte à l’esprit par un objet; spectre, fantôme”

    Site web du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales

    “ghost, from greek φ α ́ ν τ α σ μ α, phantasma, “appearance, vision; image offered to the mind by an object; wraith, ghost”

    website of Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales

  • Interrogeant la performativité du souvenir, AOY s’articule autour de l’oubli, de la façon dont nous reconstruisons le passé et de comment cela affecte le présent.

    under translation

  • Le passé et le présent se tressent, l’un dans l’autre, créent un croisement, c’est précisément à la convergence de ces chemins que se situe AOY. De là nous tissons un maillage de différents plans temporels, nous créons une structure faite d’une superposition de trois couches perméables, afin que s’entrelacent passé, présent et futur.

    under translation

  • /
    AOY : une danse, une histoire, un acte de foi, un fantôme.

    (En cours)

    under translation

  • AOY : une danse, une histoire, un acte de foi, un fantôme. est le deuxième objet en cours de création.
    Il prend la forme d’une pièce scénique et s’élabore autour de la question suivante : « comment invoquer l’image de quelque chose qui a été perdu à jamais ? ».

    under translation

  • Et si vous pouviez rassembler tous vos souvenirs au même endroit et au même moment ? S’entendraient-ils ou se détesteraient-ils ? Est-ce qu’ils créeraient de belles boucles multicolores au coucher du soleil ? Vibreraient-ils côte à côte comme des molécules ? Auraient-ils quelque chose à vous dire et à nous dire à votre sujet ?

    under translation

  • D’ailleurs, comment fait-on cela, comment faire pour convoquer maintenant tous ces souvenirs s’ils sont des centaines, des milliers, des millions. Et d’ailleurs, quelque part, en ce moment-même, quelque chose de différent est peut-être en train de se produire.

    under translation

  • Cinq personnes sur scène tentent de convoquer l’irrémédiablement perdu en créant différents rituels d’invocation : danse, conférence intime, spiritisme et exploration du réseau.

    under translation

  • Nous poursuivons ici le développement d’une poétique de la mémoire à partir de différents dispositifs numériques en ligne et au plateau, nous choisissons de travailler l’image comme une capsule temporelle que nous disséquons collectivement avec nos corps, nos voix, dans l’espace et sur internet.

    under translation


  • – Un projet du collectif w.o.r.k.? –
    – Initié par –
    Lilli Garcia Gómez & Miguel Rojo
    – Concept et création –
    Lilli Garcia Gómez, Miguel Rojo, Gaëtan Brun-Picard, Lucie Calise & Mathilde Rambourg Schepens
    – Production –
    Collectif w.o.r.k?
    – Avec le soutien de –
    AZALA ESPACIO, IBERESCENA, DRAC Haut-de-France, Syndicat Mixte Montreuil-sur-Mer, le 6B et le Point FMR


    – A collectif w.o.r.k.? project –
    – Initiated by –
    Lilli Garcia Gómez & Miguel Rojo
    – Concept and creation –
    Lilli Garcia Gómez, Miguel Rojo, Gaëtan Brun-Picard, Lucie Calise & Mathilde Rambourg Schepens
    – Production –
    Collectif w.o.r.k?
    – With the support of –
    AZALA ESPACIO, IBERESCENA, DRAC Haut-de-France, Syndicat Mixte Montreuil-sur-Mer, le 6B et le Point FMR

  • /
    AOY : the installation

    (2017)

    /
    AOY : the installation

    (2017)

  • “…l’aleph, (…)  une espèce de tigre infini (…) fait de nombreux tigres, de vertigineuse façon”

    BORGES, Jorge Luis, L’Aleph, trad. R. Caillois et R. Durand. Paris : Gallimard, 1967. p.141

    “…El Aleph, (…) una especie de tigre infinito (…) Ese tigre estaba hecho de muchos tigres, de vertiginosa manera”

    BORGES, Jorge Luis, L’Aleph, trad. R. Caillois et R. Durand. Paris : Gallimard, 1967. p.141

  • Premier objet du projet AOY, la pièce prend la forme d’une vidéo-installation performative, dans laquelle le réel d’une scène quotidienne entre trois personnes est captée en amont et re-projetée sur l’espace même où cette scène a été filmée.

    First object of the AOY project, the piece takes the form of a performative video-installation, in which the reality of a daily scene between three people is captured upstream and re-projected on the same space where evrything has been filmed.

  • Cette projection déplie un «…[corps] infini (…) fait de nombreux [corps], de vertigineuse façon », comme autant de réceptacles d’images passées et à venir, qui viennent se superposer au lieu du tournage.

    As it is, it proposes to decrypt our corporalities. What if we were just the receptacle of past and future images? Our bodies and our daily gestures some alephs: “… infinite [bodies] (…) made of many [bodies], in a vertiginous way”.

  • Vidéo-installation / Réalisation pour la clôture de l’année
    France-Colombie exposition ATTACHES / Cité internationale des arts Paris 2017

    Video-installation / Realization for the closing of the France-Colombia Year exhibition ATTACHES / Cité Internationale des Arts, Paris 2017


  • – Un projet du collectif w.o.r.k.? –
    – Initié par –
    Lilli Garcia Gómez & Miguel Rojo
    – Concept et création –
    Lilli Garcia Gómez, Miguel Rojo, Gaëtan Brun-Picard
    & Lucie Calise
    – Production –
    Collectif w.o.r.k?
    – Avec le soutien de –
    Micadanses, 6B, les Rencontres Chorégraphiques, l’IESA, La Cité Internationale des Arts à Paris.


    – A collectif w.o.r.k.? project-
    – Initiated by –
    Lilli Garcia Gómez & Miguel Rojo
    – Concept and creation –
    Lilli Garcia Gómez, Miguel Rojo, Gaëtan Brun-Picard
    & Lucie Calise
    – Production –
    Collectif w.o.r.k?
    – With the support of –
    Micadanses, 6B, les Rencontres Chorégraphiques, l’IESA, La Cité Internationale des Arts à Paris.

×